Août 2017 : Partie 3

Samedi.

Ram Chandra est revenu depuis la veille au soir.
Aujourd’hui, c’est le congé hebdomadaire pour tous, élèves et professeurs. 
Il voudrait me montrer quelque chose : l’électricité à sa source, de l’autre côté de la rivière Khimti, tout en bas de versant. Nous irons.

Le cortège de mariage croisé hier, en fin d’après-midi, suscite en moi des interrogations. De quels lieux sont les jeunes époux ? De quelles lignées réciproquement ?
J’ai en tête le vieux schéma des alliances, quelles que soient les ethnies, les castes, les religions : les lieux sont aux hommes et les hommes restent dans les lieux ; les femmes nées ici vivent auprès de leur époux une fois mariées; et donnent naissance à d’autres hommes qui succèdent à leur père et d’autres femmes qui changeront leur lieu de vie, comme leur mère.

Je me renseigne. Les époux rencontrés hier sont d’ici l’un et l’autre. Leurs hameaux réciproques sont distincts mais proches, juste séparés par un peu d’altitude, quelque part sur les hauteurs. Il n’y a rien de plus éloigné dans ce mariage que le lieu de la cérémonie, le centre « urbain », puisqu’il faut pour qu’ils s’y rendent, parcourir 500 m. de crochet de bas en haut.

Rien de changé donc, dans le fond des choses ? J’interroge à propos d’une famille, une seule.
Celle-ci a donné naissance à huit filles, et toutes ont quitté le domicile familial, conformément à leur âge. Deux ont souscrit à l’ancien ordre des alliances, et leur habitation est à portée de marche à pied, sur ce versant ou celui qui s’offre en face.
Les autres ont suivi d’autres itinéraires : des itinéraires imprévus, que la coutume ne comprend pas.
De l’exemple choisi, les 3/4 des situations relèvent de cet incompréhensible.

Mon guide du jour vit à quelques mètres au-dessus de la maison du père. Il y a femme et enfants. Et maison construite sur part d’un héritage en cours. Sur ces points précis, la tradition est respectée.

A l’origine de l’électricité, il y a l’eau.
Elle coule en fond de vallée. Celle-ci, qui borde Rasnalu à l’ouest, est une puissante rivière. Non pas un de ces larges fleuves nés dans le Tibet au-delà de l’Himalaya, mais un impétueux torrent qui dégringole sur une impressionnante hauteur. Son potentiel en énergie n’a pas échappé à l’ingénieur et le voilà à présent capté pour fournir au pays et à l’exportation ses multiples mégawatts.

Ce courant là s’en va. Un autre, beaucoup plus modeste, produit sur les versants et fourni aux villages des alentours.
Au-dessus des villages, il y a les sommets. De là l’eau reçue du ciel en mousson, s’infiltre, ressurgit bientôt, puis se concentre, selon la configuration du terrain, en ruisseaux débordants. Lesquels deviennent, à mesure de la pente parcourue, des torrents parfois très forts.

Depuis toujours, de mémoire d’homme, l’eau des torrents sert à la consommation des hommes et des bêtes que l’on élève.
Elle sert, dans les basses pentes, à l’irrigation des terres, en particulier les rizières, sous les 2000m.
Depuis une dizaine d’années, elle fournit l’électricité qui permet de s’éclairer dans les maisons.

 

En bas, la source de l'énergie par l'eau

Nous descendons.
L’eau ressurgit de toutes parts.
Au plus près des maisons, des fontaines. Elles sont à présent cimentées. Ainsi faites, il n’y a plus le désordre à redouter, comme autrefois, à cause du piétinement.
L’eau vient de l’amont, par un tuyau plastique, depuis la source.

Les fontaines sont toutes construites sur ce même modèle.
Le séisme a épargné la fontaine.
Source

Nous parvenons à la « ceinture » du riz.
Je dis ceinture parce que vues du versant opposé, les rizières forment une bande qui se distingue des autres lieux, et des bois qui bordent la rivière en fond de vallée,  et, au-dessus, l’espace cultivé, un peu boisé et piqueté des habitations mi-dispersées, mi-regroupées en hameaux familiaux.
Sur les versants, la ceinture du riz est bien en bas : le riz a besoin de chaleur pour croître..

 

On ne vit pas au milieu des rizières, ou tout au moins, on évite sa trop grande proximité.
Le village est au-dessus.
Les champs sont parcourus de minuscules canaux, l’eau est partout. En amont de la rizière quelques canaux « maîtres », qui remontent en pente insensible jusqu’au point de captage des eaux d’un fort torrent.
Il n’y a pas là de chemins véritables, seulement celui de l’eau, ou si l’on préfère éviter d’y mouiller trop le pied, le sommet des murettes qui ferment les plans. 


De quoi se perdre pour qui n’ayant pas sa part de champs, ne connaît évidemment pas les entrelacs subtils des accès.
Par chance, nous rencontrons du monde : le chemin, c’est par ici !

previous arrow
next arrow
Slider

Nous avons devant nous, sur le versant d’en face, toute une installation pour l’électricité, depuis le captage au sommet, sur la rivière Jhā̃kre au plus haut de la rizière Baseri, jusqu’à la turbine, disposée dans un bâtiment, quelques dizaines de mètres au-dessus de la Khimti Khola, toujours sur la Jhā̃kre.

La centrale, me dit-on, fournit aux villages alentours, ceux de Hā̃bā , Thulopātal, Betāli et Rasnalu. Je visiterai le site de  l’Himal Power Limited, l’entreprise qui en assure l’exploitation :  c’est 4160 familles desservies et 640 kilowatts produits, au  plus fort de la réserve !

Les techniciens qui sont à demeure sur le site, nous expliquent. L’eau, par le passage en conduite forcée est précipitée dans la turbine. Quand la machine tourne à plein, comme c’est le cas en cette saison, une part de production, qui n’est pas absorbée ici, est basculée sur le réseau général. En saison sèche, parce que l’eau se fait plus rare, toute l’énergie est consommée dans les villages desservis.
Depuis dix ans, le soir est éclairé dans les maisons.
Grace à la turbine qu’on voit ici, aux bons soins des deux hommes.

previous arrow
next arrow
Slider

Echanges, explications, les techniciens sont nos hôtes. Et partageons le thé.
Photo souvenir.
Nous les laissons.
Traversons, une seconde fois mais au retour, le beau pont qui nous a permis d’atteindre l’autre berge.

Et comme le samedi est jour de congés aussi pour les enfants, nous en croisons sur le chemin, en remontant le versant.
Demain est jour de reprise de semaine dans les écoles. Demain, j’accompagnerai mon professeur jusqu’à ses classes, à Namadi : il commence à 10 heures.

Mais pour le moment, nous marchons droit devant, nous remontons la pente.
Il n’y a pas à se tromper, il suffit de suivre la ligne du courant !

Voyage en moto, retour à pied

Dimanche

Nous partons tôt.
Il y a près d’une vingtaine de kilomètres à parcourir. Un peu de montée vers la fin, et de la descente, surtout.
Cette fois, Ram Chandra va rouler en moto. En ces temps de circulation incertaine, c’est bien pratique, plus souple à mener sur la route abîmée, transformée aux endroits non pavés, il y en a que trop vers Betali, en champ de boue. Ce moyen revient cher, à cause du carburant.
Mais en bus, mon compagnon n’est pas sûr d’arriver à l’heure, et la journée de professeur risquerait d’être gâchée.
Je prendrai place à l’arrière.

Il pleut.

Etre parvenu vers 9h.30, le temps, dans sa chambre en location, de se changer, d’enfiler l’habit de l’enseignant, de foncer vers l’école, voici l’enjeu.

Je rejoins sa demeure, quelques dizaines de mètres plus haut.
Nous partageons, avec son épouse, ses deux enfants, la collation.
La collation n’est autre qu’un repas simple, pour se nourrir et seulement cela. On y trouve tout, selon la saison et les goûts : pommes de terre maïs grillé, pain, nouilles chinoises que l’on achète en magasin. De tout sauf le riz, ou bhat, riz cuit à l’eau accompagné de la sauce aux lentilles, des condiments, des légumes. Le bhāt se prend à l’occasion des deux repas, de 10h. et 19h. Il est plus que le repas pour se nourrir, il rassemble les convives, il relève du sacré !
Collation et repas, le professeur prend les deux repas dans la foulée : la journée est chargée.

Qui feuillette cet album trouvera ci-joint notre parcours.
Il a plu pendant tout le trajet, l’eau fouette fraîchement la peau qui reste à nu, je suis engoncé sous la cape. Je n’ai rien vu !
Je retiens seulement le défilement du pavé sous la roue, le ronronnement du moteur qui n’en finit pas de monter et descendre : ralentir, accélérer; ou c’est moi qui pose le pied à terre puis reprend ma position, parfois, mon guide debout à terre soulève le guidon, la roue empêtrée dans un bourbier.
La route en moto -pour se rendre simplement à son travail- relève dans ces contrées de l’épreuve sportive.

Nous sommes à destination. Je souffle un moment, tandis que déjà le professeur a filé, habillé dignement de l’uniforme comme il se doit, avec casquette, pantalon et chemise. La moto est remisée quelque part, jusqu’au prochain retour, vendredi après-midi.
Je passe à sa classe. Séance photo rapide, trop rapide. Pour le souvenir.
Je rentre à pied, j’évalue mal le temps que le retour me prendra.

Je marche sur la route empruntée à l’aller.
Je profite : la voie est large, en pente faible, taillée pour le véhicule.
Je n’ai pas à redouter la circulation, j’ai la voie pour moi seul, seul ou presque.
Un regret : la pluie qui ne veut pas cesser tout à fait.

Traversée de la Haluwa Khola, rivière qui sépare les localités de Namadi et Haluwa.
Sur son cours, une centrale électrique, une autre. Haluwa, Jhā̃kre, Jiri, trois khola affluents des versants de la rivière Khimti. Les habitants des bords de la Khimti reçoivent de là l’énergie qui permet de s’éclairer.

Puis ce sont les rizières d’Haluwa et Betali, beaucoup de rizières.
Au-dessus, sur le versant, les habitations.
Nous sommes au pays des castes, des Chetri, des Brahmanes, des intouchables.
Une forte enclave de population hindoue, et rizicole, dans un pays sunuwar au passé lointain tribal, chamanique et chasseur.

Une rencontre manquée

Lundi

Que sont devenus les gens ? Ces villageois que j’ai croisés, en 1980, avec qui j’ai échangés une fois, ou plusieurs, ou dont j’ai simplement noté dans mes enquêtes de géographe, le signe de quelque chose : le rang dans la famille, l’âge, l’origine géographique et lignagère des femmes mariées, le métier des hommes quand une fois, ou plusieurs, ils ont migré pour le travail, un bout de parcours de vie ailleurs et autrement qu’ici.
Trente-sept années est plus que le temps d’une génération. La plus âgée nous a quitté, la seconde se retire lentement, la suivante a pris la relève à la conduite de la famille, et d’autres sont apparus, nés après 1980.
Tout un chacun se connaît au village, un homme qui a vécu beaucoup connaît beaucoup. Il me faut écouter les gens présents, interroger, comprendre.

Jetha, le fils aîné, vit à deux pas de la maison du père. A l’occasion de la naissance de son premier enfant, il a fait bâtir sur la part de terre en héritage. Son épouse et ses enfants sont au village, mais lui travaille à l’étranger : les états du Golfe, Hongkong, Singapour, Londres. Il n’est pas prévu qu’il rentre cette année, pour des vacances fin septembre, mais plutôt l’an prochain : un aller/retour est coûteux.
Il n’y a là rien de nouveau. Il en allait ainsi, pour le père, alors employé quelque part en Inde, la terre étrangère la plus proche, que l’on atteignait -sur le terrain népalais- en marchant quelques jours. On ne rentrait pas chaque année. Mais plus tard, dans le courant de la vie, on prévoyait qu’une somme serait amassée, et l’homme, revenu définitivement au village, toucherait le fruit de son épargne. Tel est l’itinéraire et l’objectif de Jetha, le fils aîné. Tout n’a donc pas changé ?
Maela, Saela et Kaela, les autres garçons, vivent aussi d’un emploi extérieur au village : à l’étranger, à Kathmandu, au Népal même, dans un district éloigné. Quant à Kancha, le petit dernier, il poursuit de longues études à la capitale. Il vit chez un parent et se nourrit d’un petit boulot en alternance pour compléter le suivi des cours sur le campus.

Voyons du côté des filles
Jethi, l’aînée est mariée, elle vit à deux pas d’ici, dans le hameau de la famille alliée. Elle passe de temps à autres, chez ses parents, ses enfants à elle sont déjà grands.
Maeli, Saeli, Kaeli, Kanchi, les filles nées après sont elles aussi mariées, elles ont donné naissance à petits enfants qui feraient le bonheur des vieux parents. Mais elles ont un jour suivi l’itinéraire tracé déjà d’un frère ou d’un cousin, suivant la route qui mène à Kathmandu, et leur vie n’a pas été celle que père et mère imaginaient pour leurs filles. Pas du tout !

On ne croise au village qu’une partie de son humanité. Il se remplit de l’autre qui manque au moment de Dasai et Tihar, fin septembre, il se vide brutalement après les fêtes laissant les lieux aux bons soins de la génération des aînés. Car il est de tradition à Dasai, de revenir au village natal et saluer les parents, la famille étroite et large, l’occasion de présenter les petits-enfants aux grands parents pour les filles, reprendre pied pour les garçons.

Mais rien n’est vraiment sûr.

Nous sommes en août. Je ne croise et saisis dans l’album des photographies du village que la part visible des présents.
Je ne peux seulement qu’imaginer ces gens partis en entendant le récit que leurs parents me font. 
Il faudrait, pour exprimer en image la totalité des lieux, revenir à Dasai et Tihar, emprunter le chemin des migrants, la part d’humanité dispersée qui se rassemble une fois.
Un autre album ?

J’ai, dans mes pérégrinations de cet août 2017 délaissé les hauts. Non pas la partie des herbages qui surmontent les hameaux sunuwar, jusqu’à 2000., piquetés ici et là, et de plus en plus, de nouvelles maisons, nouvelles exploitations dispersées dans la grande ‘étendue d’herbe. Mais au-delà. Encore plus haut.
Jhareni est un hameau perché à 2300m. L’habitat s’y trouve regroupé, disposé sur le sommet, qui domine les champs en contrebas. De là, belle vue sur  une tranche de Népal nord-sud, avec l’Himal au Nord, en haut; et derrière la crête longue du Mahabharat, la plaine de l’Inde.
Il y gèle dur en hiver.
Vivent en ces lieux des Tamang, ces peuples qui, comme les Sherpas, sont dits bhote, parce qu’ils vivent à la manière des tibétains, bouddhistes, coutumiers de la culture au froid, du commerce et du transport à dos d’homme.
Ceux-ci, dans leur passé, ont vécu de la fabrication du fer dont le minerai affleure sur les sommets, à 3000m. et pour lesquels, afin d’alimenter les fours en charbon de bois combustible, la proximité de chênes est une aubaine. Telle est l’origine de cette implantation singulière des Tamang de Jhareni.
On les appelait Khanel, les mineurs, avant !
Ces temps révolus appartiennent au vieux passé d’un Népal qui refermé sur lui, est né, a grandi à l’écart : le temps des rois et des ministres d’ancien régime, les raja et les rana.
D’autres ont suivi.
Les familles sont toujours là.
Nous en avons croisé, l’autre après-midi, le cortège de mariage de l’un et l’une des leurs, nous avons croisé Ram Bahadur Tamang qui par le passé, m’avait guidé, qui toujours exerce le métier de prêtre lama.
Nous avons convenu de monter, un de ces jours. Nous sommes à ce jour.

Et nous montons.
Montons dans le brouillard.
Avons monté.
L’homme que nous voulons rencontrer n’est pas là.
J’ai des questions. Elles resteront sans réponse.
Le brouillard est épais.

 

Je reconnais les maisons d’avant, pas trop changées : bâtiments imposants, murés, clos.  Il faut se protéger du froid. La véranda, s’il en est une, est à l’étage.
La dame, qui vit là, m’invite à prendre la photo.

Je porte le regard et le viseur sur une maison en construction.
Elle ne suit pas la vieille architecture.
Des pannes horizontales en bois ceinturent le bâtiment.
Où sont donc les ferrailles et le béton ?

previous arrow
next arrow
Slider

Alors, je reviendrai poser ma question, un autre fois, pas cette année.
Mon séjour porte à sa fin.
Nous quittons Jhareni, la crête sur laquelle les nuages semblent avoir élu domicile.
Plus bas, il y a une route, et à son bord, d’autres maisons, d’autres activités.
Passons devant une gomba, lieu de prière des lamas. Elle est fermée, et le prêtre qui la dessert n’est pas là, lui non plus. Où donc est-il allé ?
Nous croisons des transporteurs de bois d’oeuvre.
Nous suivons la route des transports, jusqu’à son terme.

 

Le travail du bois est réalisé avec des outils électriques : scies circulaires, rabots
Gomba de Birauta, nouvelle construction

A ce terme, une maison en construction.
Les jeunes propriétaires nous montrent, ils en sont fiers.
Bahini, petite soeur, adore se faire photographier, avec ou sans ses parents !
Namaste Bahini !

Récit des événements, témoignage de l'habitant

Les faits sont de Baisākh (avril-mai), du 12 de baisakh, année 2072.
Il était 12 heures.
Je me trouvais, rentrant du dehors, à l’entrée, à la véranda. La terre a tremblé. Et puis c’est tout.
Finalement, j’ai pénétré à l’intérieur. Et nous avons passé la nuit à nos places, comme d’habitude.
Le lendemain, même chose, mêmes lieux, mêmes conditions, à 13 heures cette fois. Et j’ai vu, sur le versant d’en face, la terre et la roche qui s’écroulaient.
Nous n’avons plus voulu rentrer ; nous avons passé la nuit sous un abri à bestiaux.
Deux nuits durant, nous avons dormi ainsi.
Le 15 de baisākh, avons décidé de retourner vivre à l’intérieur. Les tremblements semblaient avoir cessé, les nouvelles d’une catastrophe concernaient les régions plus à l’ouest, et Kathmandu bien sûr.
Mais le 29, tout s’est mis à trembler à nouveau, longuement, longuement. Alors, les pierres des maisons sont tombées, les lourdes lauzes des toits, aussi les pierres qui sont dans le mur, les pans se lézardaient. Il était 14h environ. Une chance pour la plupart, parce qu’à cette heure, les hommes sont dans les champs.
Il n’est pas de maison qui n’ait tremblé, c’est tout le village qui s’effondre ; même le poulailler !
Non, les 6 poules n’ont pas été écrasées par la pierre, c’est le chacal qui, profitant du désordre, a dévoré la totalité de la volaille !

29 de baisakh, jour funeste. On ne compte pas de morts directs dans les proches environs : le village n’est pas comme d’autres, accroché à la falaise et suspendu dans le vider ; des victimes, on en connaît pourtant : des personnes âgées qui font la sieste, auprès de leurs petits enfants en très bas âge, victimes elles-aussi.
Mais tout l’espace a été secoué, et les maisons épargnées se comptent sur le doigt de la main.

Les séismes se sont poursuivis tout un mois encore, tous les jours. On se souvient surtout de trois d’entre eux, très puissants. Nous avons dormi comme les bêtes, sous un abri de bambou et de bois comme on en fabrique pour les buffles et les vaches.
Mon petit-fils est né à ce moment, sous cet abri.
Pour ne rien arranger, la catastrophe est survenue au pire moment, celui d’une intense activité agricole, juste avant les pluies auxquelles on doit se préparer.

Nous n’avons pas réintégré nos maisons. Trop de dangers !

Mon fils, c’est-à-dire le papa du nouveau-né, a construit l’hiver qui a suivi, en pus (décembre-janvier), nouvelle maison. Elle répondait à une urgence. Aujourd’hui, la manière de construire, à l’ancienne -sans la ferraille et le béton- n’est plus de mise.
Le mois suivant, en phagun (janvier-février) j’allais pouvoir bénéficier d’un toit véritable. En tant que vétéran Gurkha et pensionné de l’armée britannique, j’avais droit à l’assistance de l’employeur. Nous avons intégré la nouvelle maison le 24 du mois.

Du côté des autorités publiques, l’attente d’une aide a été longue. En phāgun (janvier-février de l’année d’après), elles ont fait des distributions d’argent : 15 000 roupies (150 euros) par foyer pour se vêtir. Il y eut une autre distribution  plus tard : 10 000 roupies.
La reconstruction a commencé officiellement en kartik (octobre-novembre) il y a à peine un an donc, avec l’annonce d’une dotation de 300 000 roupies (3000 euros) par foyer, à charge pour le bénéficiaire de construire selon la norme, en béton armé d’après les plans de l’architecte autorisé. Seulement, en Kartik, il n’est question que d’un premier versement, 50 000 roupies. Le reste est en attente.

Il est dit que les projets de reconstruction devront être déposés avant l’asar (juin-juillet) de l’an prochain.
L’aide gouvernementale prendra fin à ce moment-là.

 

 

Derniers jours

Mardi

Le parcours du jour sera bref, il sera celui de la route, presque horizontale, qui serpente selon les mouvements du terrain, en coupant le versant.
De part et d’autre, sur le versant, les changements semblent mesurés. On compte des habitations nouvelles certes pour remplacer les anciennes, mais toutes relèvent des familles sunuwar implantées depuis longtemps. Aux vieux bâtiments succèdent les nouveaux, des fils s’installent et font bâtir, d’autres, qui vivent à Kathmandu, ne sont pas revenus restaurer la maison du père aujourd’hui décédé, et la maison n’est plus que tas de pierre, une ruine.
En arrière plan du changement de l’apparence, l’organisation des hommes est la même, à peu près.

Sur l’axe routier, il en va tout autrement. 
Je l’emprunte sur la portion qui va d’un bord à l’autre, depuis l’entrée de Bhuji dada à la sortie de Patle.
Et m’inflige un inventaire :
– Chetri de la lignée des Thapa venu de la vallée voisine à l’est, marié sunuwar, héritier par alliance, commerçant. Vit ici avec famille.
-Chetri de Betali (deux frères), ont construit et fondé famille sur ce bord de route, après qu’ils aient misé sur l’acquisition des parcelles sur le parcours.
-Chetri de Betali, uni par mariage à celui-là de Rasnalu. Terrain bien placé pour le commerce.
-Bujhel (caste dite des esclaves affranchis ou Gharti) ; a fait l’acquisition d’une terre sunuwar à vendre.
-Bhandari : né ici, en partie basse du versant; ayant acquis terre pour installer hôtel et restaurant.
-Bhandari : idem
-Bhandari : encore idem.
-etc.

Dénombrer, puis compter.

Sont présents là d’autres gens que ceux des vieilles familles sunuwar, nés du même ancêtre commun depuis huit à dix générations, gens venus d’ailleurs, issus de castes et lignées étrangères au lieu : Chetri, Tamangs, Sherpas, Damai (de la caste des musiciens tailleurs), Sarki (de la caste des cordonniers).
Sur l’axe routier, juste à son bord, vit une humanité différente de la population qui vit sur le territoire traversé.

L'un de ces hôtels et commerces, en bord de route
Une réunion de femmes et pour les femmes, à l'initiative d'une association
Circulation
A l'approche du rassemblement pour femmes
Garage des camions et engins pour l'entretien de la voirie
Au lendemain des fortes pluies, les torrents débordent, déversant sur la chaussée un matériau bien utile, à condition de le tailler.
Monsieur transporte la pierre, Madame la casse

Quelques jours plus tard, à Kathmandu

Demain, j’aurai quitté le Népal.
J’ai donné rendez-vous à Hari à la station de bus.
Hari vit quelque part dans la tentaculaire agglomération.

Je suis posté à Ratna Park.
J’attends.
Je fais mes derniers clichés.
Il pleut, je me couvre autant que je le peux, comme ceux que je fixe dans le viseur.

Echanges d’adresses email et facebook. Le chemin qui mène au village est emprunté par la jeunesse branchée.
J’avais de vieilles photos à remettre à l’aller de ce voyage, je m’en retourne avec d’autres en date d’août 2017.
Hari est mon dernier contact, il prendra le paquet pour le remettre au village, à Dasai.

Demain, je partirai muni de ce précieux lien qui mène à la source du souvenir.

 

previous arrow
next arrow
Slider

Août 2017 : Partie 2

L'école

Samedi

Tôt le matin, le ciel est dégagé, parfois, au plus fort de la période de la mousson.

Ce jour, on aperçoit droit au nord, le Gauri Shankar, sommet de plus de 7000m. En moins d’une heure, il aura disparu de la vue à nouveau, pour toute la journée.
Samedi. Jour férié.
J’ai quelques photos à remettre du côté de Patle, le hameau de tous les changements : d’aucuns ont choisi de s’installer là plutôt qu’au delà sur le versant, à leur ancienne demeure.
Ram Chandra, fils aîné de Top Bahadur.
Il est professeur à Namadi.
Aujourd’hui, c’est lui qui va me guider.
J’ai mon professeur à moi tout seul !

Une plantation

Voyez cet arbre, chemin faisant.
Mon guide m’invite à ce regard.
L’abre s’appelle lapsī (Chodoerospondis axillaries); il produit un fruit au goût acide, riche en vitamine C. Les népalais en sont friands.

Ah, j’ai oublié de vous dire : mon guide enseigne aussi les sciences naturelles à Namadi.

Chemin faisant, c’est aussi découvrir, immanquablement, les nouvelles constructions : la route favorise, à son bord, l’implantation de l’habitat et du commerce.
Celle-ci, inachevée, laisse apparaître la technique de construction. Les murs sont ceinturés d’éléments horizontaux en béton. Béton armé de tiges en acier. Dorénavant, toute construction doit être anti-sismique et les travaux suivre un cahier des charges impératif. Faute de quoi, de subvention gouvernementale, il n’y a point à espérer. 

Aller tout droit, au plus vite, à la manière traditionnelle.
ou bien contourner, suivre le cheminement lent des routes larges faites pour le transport motorisé, sur roue ?
Celui-ci, la voie tranquille que nous empruntons, passe par Bhuji ḍãḍā.
Bhuji ḍãḍā, c’est un vaste espace à la périphérie du village. Les Sunuwar en ont hérité de leurs ancêtres.
Terre ingrate, argileuse, on y mène les animaux à paître dans la journée.
La culture de thé (photos ci-dessous) est une affaire récente.

previous arrow
next arrow
Slider

Petite et grande écolé

Au-delà de bhuji ḍãḍā, le hameau de Burke. Nous atteignons sa marge où l’école qui la dessert est installée : petite école des niveaux du primaire.
On doit la terre à Chabilal : un écriteau sur un des murs de l’entrée rappelle à tous la généreuse donation.
Nous sommes samedi, le jour férié de la semaine, le premier depuis la rentrée. Retour à l’école demain : la salle est est prête !

Prête mais néanmoins endommagée. La partie haute d’un pignon est écroulée.
Après le tremblement de terre, une équipe d’aide humanitaire est venue construire un bâtiment à destination des tout petits : une école au plan rond; avec des murs d’argile  ; et un toit léger de tôle.
Pas de chute de pierres à craindre au prochain séisme !
Un bâtiment économique, facile à construire, avec les matériaux du lieu. On le dit confortable au séjour, chaud, chaleureux…
Les « humanitaires » sont venus, sont repartis : ils ont tout fait !
Il reste une bien belle école pour les plus jeunes, mais ailleurs, avant comme après eux, ce n’est pas ainsi que l’on construit.

A gauche, couvert en tôle de couleur bleue, avec ouvertures peintes en vert, l'école maternelle.
Le bâtiment est divisé en quatre salles.
Pignon du bâtiment principal de l'école effondré (à gauche). Au centre de la photo, latrines bâties sur le même plan : en rond.

L’école ailleurs ?

Patle forme un replat sur la pente. C’est à cet endroit, vers 1800 m. que la première école de Rasnalu a vu le jour. A mon premier séjour, en 1980, elle n’était pas nouvelle, mais elle ne disposait que de quelques classes, accueillait une cinquantaine d’élèves tout au plus.
Aujourd’hui, on y suit les études jusqu’au terme de la scolarité, avant le supérieur, précisément jusqu’au School Leaving Certificate, le SLC. Plusieurs centaines d’élèves y sont accueillis depuis le niveau de la maternelle pour les ressortissants du quartier jusqu’à la onzième classe pour les élèves du tout Rasnalu.

Bloc de huit classes en construction

Souvenirs

Deux bâtiments sont en cours de construction, pour rassembler seize nouvelles classes qui s’ajouteront aux anciennes.
A deux pas de l’école, des magasins, des bureaux, des lodges, des chambres à louer : il faut fournir aux résidents qui ne sont pas nés ici, venus à Rasnalu à la faveur de leur activité : fonctionnaires, commerçants, investisseurs.
Patle,  jadis simple hameau où l’on habite et cultive, que rien ne distingue sinon son replat, n’en finit pas de grossir en tant que centre éducatif d’un territoire qui s’étend.

A deux pas de l’école, vit un chef de village. Un chef des temps anciens. J’ai quelques clichés à lui remettre.
Le choc est rude. A quoi bon le passé. « Mais non, buvā (père), nous le voulons » disent les cadets. Les souvenirs remontent à la surface.
Les jeunes, sagement assis en tailleur autour du vieil homme, écoutent.
Mon professeur apprend de son aîné.

Demain, jour de rentrée.

Demain, mon guide du jour s’en repartira à son travail.
Il enseigne à Namadi.
 

Dharapani, la porte d'entrée venant du nord

Dimanche.
J’ai pour intention de retrouver les personnes ou leur famille dont j’ai gardé la photographie prise il y a près de quarante ans.
Pour certaines, la démarche relève du véritable casse-tête.
Les mémoires défaillent et l’improvisé et occasionnel photographe, à l’époque, ne s’est pas soucié de noter le détail qui permet, bien plus tard, la reconnaissance à coup sûr.
Nous cherchons les indices. La rencontre avec le sujet photographié relève de l’improbable rencontre, chemin faisant.

Je suis invité à voir ailleurs que le passé.
Les jours qui ont précédé,  la route, l’école, l’électricité, et tout ce qui s’en suit, ce qui n’était point dans l’année 80.
Aujourd’hui et demain, ce sera encore la route, l’école et l’électricité.
Les népalais disent bikas pour désigner le progrès.
Ce mot, on l’entend à tout instant dans les conversations.
Il y a incontestablement de la fierté dans le regard, dans un Népal dorénavant en marche, résolument dedans le monde. Je l’ai connu ailleurs, en marge solitaire, décalé dans le temps, discordant dans le concert de l’évolution des nations.

Je n’y suis pas insensible.

Le dimanche marque le début de la semaine.
Top Bahadur, qui n’a pas à quitter le village pour le travail, comme ses enfants, m’accompagne.
Au programme de la journée, joindre la scierie, une industrie nouvelle en bord de la rivière Khimti, en amont, à son croisement avec la route.
Mais je suis prévenu néanmoins : l’activité ne reprendra que plus tard, au retour du beau temps. Il y aura donc à voir aujourd’hui, mais à voir en partie seulement. Il me faudra revenir donc, s’il s’agit de satisfaire complètement la curiosité !

 

Chemin d'aller

Le village est en reconstruction. Deux années après le tremblement de terre, les maisons d’avant ont été abandonnées, des abris de fortune
ont été montés. Après l’urgence, les projets.
Le temps est venu de bâtir à nouveau.
Ferraillage et ciment sont les matériaux indispensables à la réalisation des bâtiments, et gare à ceux qui se dispenseraient de la sécurité qu’ils procurent !

Puis, sur le chemin, une fois passés les engins, au-delà des bois, c’est le pays de toujours qui ressurgit : champs terrassés, avec à leur proche abord, la maison qui s’y rattache : millet, millet avec maïs, millet seul sans le maïs, maïs en culture, maïs récolté dont il reste, dans le champ, seulement le pied. L’ordre éternel des champs ?

Tout l’espace, dès qu’il paraît quelque peu propice, bonne terre, pente douce, est dévolu à la culture. Intensément.
Deux fois dans l’année, la terre produit. Millet d’été, suivi du blé  ou de l’orge en hiver. Dans le même temps, l’été, des cultures combinées : millet et maïs, mais aussi l’igname, ou la lentille, ou le haricot soja.
L’été, les troupeaux n’ont pas accès aux champs.
Ils vont, dans la journée, paître à l’écart, en bord de chemin, à l’orée des bois.
Le soir, ils sont rapprochés de la maison, mis au piquet sur une terrasse.
Le matin, on récupère la paille et l’excrément qui sert de fumure à tous les champs.
Bêtes et cultures, à proximité des habitations, entretiennent un voisinage serré, symbiose bénéfique d’une agriculture intensive, mais risquée, sous le contrôle des hommes.

Tout cela, c’est comme avant. Rien n’a changé ?

 

Millet transplanté au milieu d'un champ initialement cultigé en maïs; ce dernier se récolte dès la fin de juillet et laisse place au développement complet du millet.
Une terrasse, celle consacrée au développement de la pépinière de milllet, est libre de culture. On y installe les buffles la nuit, et même parfois plus longtemps que la nuit.

Donner importe à l’homme, et tout particulièrement dans ces contrées.
Surtout si l’on est riche et puissant, et quelle que soit la religion.
Les chemins de longue distance, qui sillonnent le Népal d’ouest en est, ou du sud au nord, se parcourent en plusieurs jours, à pied.
A leur intention, des haltes pour le repos.
Les cautārā forment des murets de pierre sur lesquels le voyageur pose la hotte, le ḍoko. Deux ficus tenus pour sacrés les surmontent, ils apportent la fraicheur sous le soleil brûlant à la montée de l’été. Sous l’ombrage, après l’effort, le voyageur s’éponge, grignote le biscuit.
Les pāti sont des bâtiments  pour se tenir à l’abri toute une nuit. Pour les voyageurs au long cours, et pas seulement les pélerins.

Sur notre chemin, un cautārā et un pāti.
Nous sommes donc bien sur une voie de grand passage, une voie sud-nord !
Une inscription rappelle la mémoire du généreux donateur de cautara.
Le pāti, qui date du début du XXème siècle, n’a pas résisté au séisme.

 

A gauche, texte en népali en mémoire du donateur Sherpa, avec mantras en caratères tibétains à droite.
Pāti, ou ce qu'il reste. Don fait par le Mukiyā parath Sunuwar

Retour en s'arrêtant à Burke

Nous voici parvenus à destination.
L’entrée et la sortie du village par le nord est là.
Au delà de la rivière Khimti, à l’ouest,  l’autre district, et poursuivant le chemin, Jiri Bazar.
De ce côté-ci, vers le nord en suivant la rivière, Those, autre bazar mais plus modeste.
Nous sommes à un carrefour.

A la jonction, la scierie.

Les villageois livrent ici les troncs de leurs arbres plantés. De l’aulne népalais (nep : uttis) ou du pin (sallā).
L’industrie est toute récente.
La disponibilité en bois d’oeuvre n’est pourtant pas des plus anciennes.

En 1980, les lieux n’avaient pas l’aspect boisé d’aujourd’hui. Le versant au-delà des habitations, jusqu’à plus de 2200 m. formait une vaste étendue pelée, de l’herbe -certes utile-,  mais rien d’autre.

Le bois, pour le chauffage ou pour construire, faisait l’objet de longues expéditions quotidiennes. Chaque année, en mars, en vue de constituer la réserve de bois pour le temps de mousson, hommes et femmes montaient en direction des sommets organiser une coupe.

Abattre, ébrancher, entasser, cela le premier jour. Puis, le second, quatre semaines plus tard après un peu de séchage au soleil, descente des fagots et des bûches à la hotte. Un travail harassant, titanesque.
Et de la déforestation beaucoup !

D’un autre séjour que je faisais, en 1985, je garde le souvenir d’un enthousiasme naissant chez mes hôtes. Que se passait-t’il donc ?
J’apprends qu’il y a des projets pour soulager la peine : bikas ! bikas ! Le progrès, enfin ! Un début de frémissement. Le gouvernement est engagé.
Des plants sont distribués. Plantez, tel est le slogan.

Près de trente ans plus tard, les arbres sont grands, la réserve de bois est à portée des habitations !
Mais il y a plus. Une industrie du bois est née, du bois nécessaire à la construction de planches légères, de panneaux, de planchers. 
Un aulne, selon sa taille, rapporte de 700 à 1500 roupies (7 à 15 euros) à son propriétaire…
Place à l’argent !

 

previous arrow
next arrow
Slider

Nous rentrons.

Et traversons Burke dans l’un de ses quartiers.

Des ruines.

Encore des ruines.

De la désolation.

 

previous arrow
next arrow
Slider

Mais de ce côté-ci du chemin, c’est l’avenir qui s’impose : des projets, des ambitions, beaucoup de modestes, certaines plutôt folles.
Oùl’on trouve des constructions aux allures improbables sur plans venus d’ailleurs. Assurément, le propriétaire a vécu en ville et ne saurait se départir, en rentrant au lieu qui l’a vu naître, du confort de l’espace, des larges ouvertures, de l’étage et du béton.   Sans oublier le poste de télévision et le moyen de capter les ondes lointaines.

Il y a aussi la petite industrie, celle des femmes et des foyers pauvres.
Ici un dépôt de sacs contenant le charbon de bois. Livré au commerçant, il fera le combustible recherché pour la grillade des épis de maïs, maïs grillé du mois d’août, pop corn au coin des rues de Kathmandu.

Là, une distillerie pour recueillir une huile essentielle de māchinu. Une recherche ultérieure me renseigne : Gaultheria fragrantissima, la Gaulthérie avec laquelle on soigne les rhumatismes, l’arthose, l’arthrite.
Un litre de cette huile essentielle vaut de 2 à 3 cent milliers roupies me dit-on. Et cent fois moins en comptant en euros.
C’est beaucoup d’argent, même en euros ! Le māchinu se récolte en forêt, une recherche fort longue en forêt : la plante est sauvage.

Et sous la serre, quelle culture est-elle cachée ?
Des tomates que l’on ne connaissait naguère que sous la forme séchée et achetée sur le marché ?
Ou le piment, l’indispensable épice pour lequel on avait à marcher, la hotte sur le dos, deux, trois ou quatre jours, autre expédition ! Jusqu’à Sindhuli, aux portes du Terai et de l’Inde, au-delà de la crête continue du Mahabharat qui ferme le pays du Népal.

Fin de notre déambulation, bilan de la journée.

La scierie est fermée, et le chemin parcouru ne me mène pas aux familles que je recherche, je le savais. Journée sans but véritable, journée vaine ?
Mais pas sans la moisson de choses vues, découvertes imprévues.
Nous rebroussons chemin, voie taillée pour le véhicule mais que nous parcourons à pied, à l’allure tranquille.

Passons par Rāni Pokhari, autrement dit l’étang de la Reine, une étendue remplie des eaux tièdes de la mousson, qui sera à sec dès l’automne. Je n’y connais pas de reine, parfois des bufflesses qui pataugent.

Depuis l’école, au retour après la classe, les enfants en profitent bien !

previous arrow
next arrow
Slider

Autre village, juste en limite au sud.

Jour 6.

A chacune des journées, un cheminement doublé d’une intention de convoquer le souvenir. Aux soirs, c’est le retour nécessaire au point fixe de mon hébergement.
Cet album répond à un séjour. 
Voyage dans l’espace contenu dans l’épaisseur du temps.
Les mêmes lieux se répètent à la vue.
Pourtant d’autres scènes, toujours nouvelles, se projettent au regard. 

Bitta bari, le champ pentu. Il est vrai que la descente est raide, les terrasses en culture des plus étroites.
Des pieds de cardamome (alaici) tout récemment plantés.
Il se dit qu’on en obtient un bon prix, en Inde : 2000 à 2500 roupies le kilo.
Mais c’est un investissement, et quoi qu’il en soit, il nécessite d’attendre 3 ans, suite à plantation, avant récolte.
Regan Kāmāle, un voisin de mon hôte, un neveu, s’est lancé dans l’aventure, il y a huit ans. Il est le premier dans le secteur.

Patle, le passage obligé

Patle.
Je passe souvent par là, chemin l’oblige.
C’est un croisement. Ce qui n’échappe à personne.
Surtout pas à Korna, que je photographie à la réalisation de bâtiments nouveaux. Son père faisait dans le commerce, mais plus bas sur le versant, quand tout mouvement s’effectuait à pied, donc au plus près de l’habitat. Pour lui le fils, ce sera Patle, après achat de la terre et construction, puisqu’à présent, l’endroit est celui des affaires.
Comme d’autres, il a famille et terres ici, commerce là, l’obligation de tradition ici, l’entreprise individuelle là : deux facettes de la même vie.

 

Un bâtiment commerce, c'est à dire, au rez-de chaussée, un magasin, à l'étage, des chambres à louer.
Après la construction du bâtiment principal, les annexes; ici les toilettes.

Patle toujours : nous traversons, ne faisons que passer.
On vit dehors, et s’il vient la pluie, on se met à l’abri, jusqu’à ce qu’elle cesse.
De sorte que ce qui se fait est donné en spectacle.
-Devant la mairie, se tient un procès. L’avocat plaide ; face à la plaignante, les hommes de loi et de police, les élus.
-Devant boutique, coupe de cheveux. Le beau frère se fait barbier pour le mari de sa soeur.
-Partie de billard, tuer le temps, avant et après le service, en attente du client quand le précédent est parti, entre deux arrêts de bus ou de camion dont la venue, pas toujours imminente, est annoncée.

Et  je fixerai, en mémoire de l’appareil, à mon prochain passage, deux autres tableaux :
-Femme qui étend le linge.
-Homme assis devant le magasin, qui ne fait rien.

previous arrow
next arrow
Slider

Avons passé.
Le même Regan Kāmāle né là, a hérité là de ses terres. Sur ces terres, d’autres cultures commerciales.
le Kiwi.
Et pourquoi pas ?
On trouve des pieds à raison de 300 roupies l’unité, au-delà de Ramechap au sud. La culture est gourmande en engrais, elle doit être sarclée.
Deux ans de passés.
Encore une nouveauté. 

Darkha, village au sud, de l'autre côté de la rivière

La route mène au sud, direction Betali, Khimti, Manthali, et au-delà, le Terai et l’Inde.
Nous l’empruntons jusqu’en limite de la circonscription des temps anciens, le torrent Chahare, qui n’est pas très éloigné, soit environ un quart d’heure à pied.
Les temps anciens, c’est-à-dire ceux qui précèdent 1950.
Avant, les territoires sont calqués sur les lignées, les titulaires du sol dont ils ont hérité des temps immémoriaux, autrement dit bien avant la naissance de l’Etat népalais, celui que nous connaissons aujourd’hui et qui n’a que deux siècles et demi d’existence.

 

Pourquoi cette précision ? Parce qu’au delà des limites apparentes, qui vont et viennent suivant les aléas des politiques et des réformes de l’administration, il en est d’autres, invisibles, qui sont celles des naissances. De ce côté du torrent, la lignée des Jijicha et leurs rameaux multiples, et de l’autre les Yata, et leurs non moins multiples divisions. Les lieux sont dits Rasnalu par ci, et là-bas, c’est Darkha. Les frontières anciennes subsistent au sein d’un vaste d’espace unifié.

Sur la route, nous croisons des gens venus de toute part, direction Patle, ses bureaux, le poste de police, le dispensaire, les magasins, les rassemblements, les discours, les discussions.
Au sommaire des événements de la semaine, les élections d’une municipalité étendue, nouveauté de l’administration territoriale.
Rasnalu  dorénavant est englobé dans une large portion de montagne qui verse à l’ouest, depuis Pharpu au sud à Sutire au nord.  Super commune ou « com com », dont on dit que le chef lieu serait peut-être bien à Rasnalu, en position médiane sur le chemin.
L’enjeu pour le pouvoir, qui s’accorde à l’étendue, sera de taille !

Darkha. Nous avons descendu, le village est, un peu, plus méridional, plus bas en altitude, plus chaud.
La culture du millet est présente  partout, et les maisons ressemblent aux anciennes, elles paraissent comme n’avoir pas souffert des événements.

Le béton a remplacé le sol nu sous les abris des bêtes. La récupération de la fumure en est facilitée. Et la tôle vient compléter la toiture d’une stabulation à larges dimensions : bikas !

Je ne connais Darkha qu’en tant que lieu de voisinage, un village limitrophe, une ou deux légendes qui se rapportent à son histoire.
Ses habitants sont les Darkhali, les Sunuwar sont de la lignée des Yata, disons même que je ne connais pas Darkha, voilà tout est dit !
Seulement, j’ai bien connu quelqu’un de Darkha.
Il m’avait beaucoup aidé à la compréhension d’une histoire de la vallée  : vieux papiers, coffre des archives, mémoire des écrits sur deux siècles, manuscrits écornés, jaunis, troués et soigneusement roulés, cet homme avait tout cela. Il y a près de quarante ans.
Baburam !
Il est chetri, de la grande et nombreuse lignée des Karki Sutar, qui viennent de Betali plus au sud.
Il n’est plus de ce monde, je me doute, et je recherche la famille, les enfants, à commencer par la maison du père.

Je la sais couverte de chaume, large et confortable, du moins selon le standard de l’architecture ancienne.

Cette maison là a disparu, elle aussi.

Je trouve celles-ci qui lui succèdent pour loger les fils héritiers : deux maisons, dont l’une a bien souffert du séisme.

Qu’a t’on fait des papiers qui portent la mémoire ?

previous arrow
next arrow
Slider

Retour à la maison, la nôtre.
Nous passons par un autre chemin, plus bas en altitude, et remontée à la verticale assurée.
La Chahare kholā était cette limite entre villages, aux temps anciens.
Et l’on comprend qu’elle soit une frontière quand à pied, il convient de la franchir.

Par la vieille voie vers Kathmandu, jusqu'en limite de la rivière Khimti

Jour 7.

En 1980, il y avait, pour route allant vers l’est depuis Kathmandu, par les montagnes, celle de Kodari, la route chinoise, dite ainsi parce que financée par le gouvernement chinois, et de fait, après une inflexion vers le nord, elle permettait de joindre le tibet en remontant la rivière Sun. La Sun Kosi, c’est l’un de ces grands fleuves qui nés dans le plateau, percent en de profondes entailles les plus grandes hauteurs himalayennes.
Le voyageur descendait de bus sur ce parcours, au lieu dit Lamasangu, le pont de fer.
S’en suivait de là trois jours de marche, le sac sur le dos,  ou la hotte, successivement deux montées de 600 m à 2200, deux descentes équivalentes, et un long kilométrage ouest-est.
Puis parvenu au pied du village même, à son contact avec la rivière Khimti, la remontée  s’effectuait sur 300m. environ, une fois passé le pont, grossier tablier de planches suspendues à deux lourdes chaines à la manière d’un « tancarville ».
Qu’en reste t-il au juste ? Les voyageurs l’ont déserté. Ils suivent d’autres axes plus au nord, qui passent par Jiri : route, voie pavée, chemin sans le pavé, seulement la terre et la boue, pour les bus, les camions et les tracteurs.
Nous allons de ce pas le constater.

 

La forge et d'autres entreprises

Nous prenons la pente en face, droit devant dans la descente. A mi-chemin, le quartier des forgerons
Des forgerons qui forgent, de la caste intouchable des forgerons que l’on appelle Kami. Il faut bien, dans le village des gens du métier pour réparer, aiguiser,  confectionner les outils de tous les jours. La tradition brahmanique avait fixé ainsi l’ordre des choses et les fils de forgeron allaient exercer à leur tour la même activité impure.
Seulement, voilà, la forge, très matinale, a laissé le chantier refroidi.
Mais quoi ? L’homme a filé !
A 10 heures, il a d’autres activités que la forge.

Par exemple, construire, comme tout un chacun dans ce village ébranlé par la secousse qui, indifférente aux statuts donnés par l’homme, n’épargne personne en particulier.
Je zoome sur les détails de construction. Les techniques sont celles de partout  !

previous arrow
next arrow
Slider

De ce quartier des forgerons, la vue est large, agréable contrepartie d’un espace pentu, difficile à travailler, hérité de l’ancêtre Kami qui vint un jour s’installer en terre sunuwar. La terre fut donnée, en échange des services de forge à rendre auprès de la communauté. C’était il y a quelques générations.
Le regard embrasse loin, et maintenant, c’est le tracé de la route qui retient l’attention. Sur ses bords, des bâtiments nouveaux, Patle, son école, ses administrations, ses commerces, ses lodges, plus loin un liséré de constructions nouvelles en relation avec la route et les opportunités d’entreprise et d’argent qu’elle suscite.

previous arrow
next arrow
Slider

Donc, si l’on descend tout droit, on croise la route, nécessairement.
Nous l’empruntons sur quelques mètres : les sentiers que l’on parcourt à pied n’ont pas été ménagés par la pelle mécanique, la priorité est accordée aux moteurs ! Il faut, de nos sentiers, retrouver le fil. Parfois, un embranchement d’où partira le tracteur pour livrer le matériau. A gauche, le terrain de foot accessible en véhicule, c’est même indiqué !
Nous suivons l’indication, mais partiellement, laissant de côté le véhicule.

De sorte que, par nos pieds, nous arrivons audit endroit, terre-plein taillé avec l’engin vaste comme on n’eut jamais pu  imaginer aussi grandiose, dans un passé pas même lointain.
La pelle va partout, le réseau qui nous mène est transformé, la montagne est attaquée.
Place au foot (après mousson) !

Nous poursuivons la descente.
De part et d’autre du chemin, trois exploitations d’avenir, trois ressources élevées à la manière de la batterie : le cochon, l’ oeuf (de poule), l’arbre.
L’éleveur de poules nous reçoit. Il explique. Son exploitation contient 330 volatiles. Un oeuf se vend 14 roupies. L’éleveur est seul sur le marché de l’oeuf de poule, de semblables élevages sont à rechercher loin au sud, à Betali, Namadi, Pharpu.
Son commerce est bienvenu.
Les poules que l’on trouve habituellement, dans les fermes, pondent moins. En période de mousson, elles ne pondent pas, retenues par la ficelle, empêchées de courir, à cause du risque que représente le chacal : celui-là rôde, se cache derrière les maïs devenus hauts, dévorent la bête. 
Depuis quelques années, les familles s’approvisionnent sur le marché, par exemple à Jiri.
Ces oeufs ne sont pas bons, ils arrivent pourris trop souvent, c’est ce qu’on dit.
L’élevage de poules pour les oeufs est assurément un bon filon d’argent, finalement.
Ce que d’autres, observateurs de ce que fait le voisin, ont bien compris.

Elevage de porc.
Une plantation d'aulnes.

Rencontre.
Des hommes, sunuwar, sont en quête de bois en partie basse du versant, au-dessus de la rivière Khimti : une maison de l’un d’eux est en construction.
Je sors de mon sac quelques clichés des temps anciens , et nous interrogeons.
Ils avaient quel âge, à l’époque ?
Reconnaissance.

Nous rebroussons chemin.

Descente encore, au ralenti de plus en plus.
Le versant d’en face est proche. On distingue chaque maison du hameau d’Urneli.
Nous buttons, contournons, buttons encore.
Il manque, aux voyageurs imprévoyants du jour, la hâche ou le khukuri, le sabre népalais.
Le chemin d’antan, la grande voie qui mène à Kathmandu se perd, parsemée d’obstacles, branches, bois, liane, et des rochers déplacés.

Nous ne poursuivons pas.

Retour, remontée.
Passons par le hameau de Chopleti.
De ce côté de Rasnalu, la terre est rouge, d’argile, plutôt difficile à travailler.
Maisons de la lignée des bhandari, des Chetri alliés par le mariage à la souche principale des Chetri du versant.

Les maisons, qui sont d’avant les événements, au delà des récents perfectionnements -nouvel étage ajouté, balcon au second, véranda ceinturant tout le rez-de-chaussée, peinture colorée du commerce plutôt que l’ocre ou la chaux- gardent une allure générale traditionnelle. 

Rizière à droite, champs de maïs et de millet à gauche.
Après le désherbage, retour à la maison chargé d'un panier de l'herbe qui servira de fourrage

Nous empruntons une voie plane, faite celle-ci pour le transport motorisé.
Elle sinue entre au-dessus les champs de maïs et de millet, au-dessous les rizières, gorgées d’eau, impropres au séjour.
L’habitat se disperse par hameau du côté amont de la voie.

Mais prendre à l’horizontale maintenant, c’est dans notre situation différer la pente en remontée qui se fera à l’aplomb : gros effort !
Le bas du versant est occupé par les Chetri. Les Sunuwar, au fil des ans et des générations, les leur ont vendu. Ceux-ci vivent un peu plus haut en altitude. Ceux qui restent. Beaucoup ont quitté les lieux, chercher fortune ailleurs.

 

Une dame attend. Elle attend le retour des hommes que nous avons croisés. Ils rapporteront les bois à poser sur le bâtiment en construction.
La maison d’origine (photo de droite) semble intacte.
Il n’en est rien. La famille vit dans un abri de fortune en tôle, juste à côté.

Nous montons, croisons d’autres hameaux sunuwar.
Marquons une pause, sommes invités chez quelqu’un, à nous désaltérer.
Par terre, un peu partout dehors, des objets des plus héréroclites de la vie domestique. L’espace est un chantier. A côté, une cabane : quatre tôles sur les côtés et deux pour se couvrir. Pas de place.
La précarité, à deux ans du séisme, n’a pas fini de durer.

 

Je jette un oeil, et l’objectif, sur un hameau un peu plus haut.
Le souvenir que je garde, ainsi que des photos, ce sont des chaumières, couvertes en paille, vraiment petites. Elles étaient, en 1980, la survivance d’un temps plus vieux, quand le bas versant était de chaume vêtu, et le haut versant fait de maisons couvertes de bardeaux de bois : avant que la pierre, grandes et lourdes lauzes achetées d’une carrière d’altitude et posées sur maison toujours plus grandes, ne supplante les matériaux d’avant.
Le bardeau et la paille, surtout celle-ci, ne subsistaient que chez les pauvres.
Les chaumières sont aujourd’hui abandonnées, parce que les hommes ainsi l’ont voulu.
Le séisme n’est pas en cause. 

Encore plus haut, et c’est la désolation qui ressurgit.
Lourdes pierres comme ardoises et maisons à trois étages n’ont plus la cote, à moins de bâtir tout en béton, comme en ville.
Pour cela, il faudrait être très riche.
Pour l’heure, des familles entières vivent en cabane, comme le bétail, leurs boeufs vaches et buffles, à côté de leur passé détruit.
Elles attendent.

previous arrow
next arrow
Slider

Avons regagné le haut, la limite des 2000 au-delà de laquelle les Sunuwar n’habitent plus, n’ont que terres qui, pendant longtemps, vastes herbages sans arbre, ont servi de pâturage à grands troupeaux. Un art de vivre des espaces étendus à l’économie extensive aujourd’hui disparue.

Plusieurs maisons agglomérées, formant un quartier presque. Les fils ont bâti là, à proximité de la maison du père.

A cette limite est établie la branche principale de la lignée des Jijicha, parmi lesquels sont nés les fils et petits-fils de chef, les Mukhiyā, en vertu de la règle de transmission héréditaire des titres.
Pour regagner le domicile, il ne nous reste plus qu’à parcourir, sans monter ni descendre, un peu plus loin vers le nord.
Les frères de clan ont là leurs terres et leur maison, sur cette courbe de niveau, voire un peu plus bas.

Jusqu'en limite des rizières, en bas.

Jour 8.

Il n’est pas de journée sans sa sortie. Jamais le temps ne l’empêche, même si le temps sec et ensoleillé qui pointe en septembre et règne à partir de novembre serait autrement propice au mouvement.
Il me faudra maintenant retourner sur mes pas des derniers jours. Il n’est pas simple de retrouver les familles de près de 40 ans d’âge fixées sur la photo. Où sont les gens ? Dasai et Tihar au tournant d’octobre, qui sont les grandes fêtes qui rassemblent les familles et font rentrer leurs membres égarés de Kathmandu à Doha en passant par Singapour et Londres, ces fêtes-là seraient une bien meilleure occasion de la rencontre. …

Direction le bas versant, village chetri, encore une fois, je chercherai, jusque dans les champs lointains.

La maison de mes hôtes, ou ce qu'il reste. Le fils et sa famille dorment dans un abri à proximité.
Le bâtiment contient encore les effets personnels et soutient un appenti qui permet de cuisiner : en attendant !

Le chemin est bordé de mille détails pour me distraire.
Ici, le matan, dépendance que j’occupais durant six mois et dont il ne reste rien, sinon , la vue sur la façade de la maison de mes hôtes, prête à tomber.
Famille sunuwar.

 

Ou, plus bas, cette maison à l’ancienne, en bel état, elle a des yeux pour voir !  Une ligne noire en prolonge le trait, tel Bouddha des grands Stupas jetant le regard dans les directions cardinales.
Ou cet autre matan, qui rappelle celui que j’habitais, que le temps n’a pas touché, semble t’il.

 

Et d’autres habitations encore dont il ne reste rien, quelques pierres peut-être.
On a refait ailleurs.
Ou bien les parents sont décédés. Et l’espace est occupé à présent par les buffles et les vaches.

Notre itinéraire passe par le hameau des Damai, la caste intouchable des musiciens-tailleurs : damai tol !
On pourrait rapprocher le sort de ces gens à celui des Kami, les forgerons : ces castes ont, dans le développement de l’histoire, accompagné celui des purs, Brahmanes et Chetri. Selon la mythologie des hindous, les prêtres et les guerriers. Comme eux, ils sont venus de l’ouest, ils ont colonisé l’espace tribal à l’est, l’espace sunuwar y compris.

Je n’ai jamais rencontré beaucoup de Chetri en armes et de Brahmanes exerçant la prêtrise. Le plus souvent, ces gens sont simplement agriculteurs. Les mythes sont dans les esprits !
Par contre, les musiciens tailleurs exercent bien la double activité dévolue à leur rang : fanfare à l’occasion des mariages, taille de vêtements à partir des tissus achetés par les familles.
Du moins c’était ainsi, en 1980.
Certainement les pratiques ont changé…
Nous retrouvons l’un d’eux.

previous arrow
next arrow
Slider

Le hameau des Sutar, le vieux Koshiram ! A chacun des lieux, une famille, un lignage, un clan. Le partage de la terre obéit aux règles de filiation entre les hommes. « Dis-moi qui tu es et je te dirai où tu habites ».
Et l’inverse est également vrai.
Se repérer dans les lieux, c’est connaître les moindres mouvements du terrain, c’est aussi se repérer dans la forêt des généalogies. A chacune des rencontres, sur le chemin, se présente une occasion de réviser son savoir des liens de parenté.

Je cherche à joindre Indra Bahadur : Indra Bahadur Chetri, je précise !
Il me fut un contact essentiel, un guide dans la compréhension des faits de son hameau, de sa lignée, de sa caste.
On le dit à constituer une réserve de fourrage, à couper l’herbe, à désherber le riz.
On le dit qu’il rentre, nous attendons au sommet de Pokari Khet, la rizière à l’étang.
Il me salue, déjà de loin, chemin faisant : namaste, namaskar !
Retrouvailles, échanges, séance photos. Combien d’années déjà ?

 

previous arrow
next arrow
Slider

Regards qui se croisent.
L’objectif, mon guide, le monsieur, l’image d’une mère.
Puis le monsieur reprend le chemin, seul et sans mot dire.

Un peu plus haut, autre rencontre. J’ai pour lui les clichés du temps de son mariage.
Nouvelle pose, le temps d’une génération plus tard. Mais le fils regarde ailleurs.
Puis retour sur le chantier, chantier de la maison : au fils à présent de s’installer.

 

Encore plus haut, femme veuve en train de désherber.
Je l’interromps dans la tâche.
Ce soir, nous évoquerons les anciens, nos anciens !

Il y a du monde à Patle, en cette fin d’après-midi.
Ce monde est venu pour des nouveaux mariés qui scellent ici leur destinée à deux.
Rituel lamaïque. Les parents sont de lignée des prêtres lama, ils souscrivent au culte de bouddha.
Dehors, on attend la sortie du couple. Il partira, direction le pays du mari, sous les vivats.
La fille vient des terres hautes, le garçon aussi, mais le mariage tient place au bourg, en bas donc.
Ils s’en iront en voiture, la 4X4 aperçue ?Et derrière eux, les suivants, à pied.

previous arrow
next arrow
Slider

La dernière partie de cet album ici

Août 2017

Jour 1, aller jusqu'au village

L’année passée, dans le même mois, j’étais revenu à Rasnalu. Mais mon séjour précédent remonte à 1998. Et le tout premier date des années 79 et 80.
Ce que je vois en premier, ce sont les changements.
Cette fois, je dispose d’un appareil photo de la nouvelle génération : numérique.
Il n’y a pas, comme avant, avec le procédé argentique, de limite en coût à la prise de photo.
Alors, j’en profite.


Arrêt imprévu sur le parcours. Le bus que j’emprunte est sur la route qui mène de Kathmandu à Jiri, précisément sur la portion qui va de Khadichaur le long de la rivière Sun Kosi jusqu’à Charikot.
D’importants travaux sont entrepris, pas seulement parce que, comme chaque année, à cette période, des bouts de montagne s’affaissent, glissent dans le ravin, avec l’eau de mousson qui ne cesse de tomber.

J’interroge.

Un projet hydro-électrique est en cours de réalisation en amont du fleuve Tamba. Les travaux sont gigantesques. Du coup, la route, qui date du début des années 80, apparaît bien trop étroite pour supporter le nouvel afflux de transports envisagés.
Il faut la réaménager.
C’est pourquoi l’on attend.
La route est totalement défoncée.

L’électricité ?

L’année passée, plus loin sur le parcours, elle retenait mon attention.
De grands pylônes se dressaient sur le flanc de la montagne.
Quinze ans auparavant, je découvrais, parvenu à Jiri, à la faveur de la nuit qui s’installe, la lumière qui se dégage par les vitres des maisons. Elle provenait de postes de télévision.

A mon premier séjour, il n’y a pas d’électricité dans ce secteur du Népal.
La route n’est pas une route, juste une voie non goudronnée, elle le sera en 1985. En temps de mousson, il faut marcher deux à trois jours pour la rejoindre.

Autrefois, c’est-à-dire jusque dans les années 50, les villageois devaient parfois se rendre à Kathmandu, ils le faisaient à pied.
En dehors de Kathmandu, il n’y avait ni route, ni électricité.

La maison de mes hôtes, premiers regards

Dans les champs, on mêle volontiers mil (nep : kodo) et igname. Le mil est semé, l’igname est planté. Ces travaux des champs remontent à jeth (avril-mai), c’est-à-dire quelques semaines avant le début de la mousson.
Champs ? Que le photographe s’éloigne un peu, élargissant le champ de vision, et l’ on perçoit tout autre chose : l’ombre d’une maison détruite dont la culture a envahi l’espace  !

Il y a un an, la maison est inoccupée déjà, encore debout. Depuis 2015, depuis précisément le 12 mai, date du dernier grand tremblement de terre.
2016, août, j’en garde la photographie.
Les murs sont fissurés, la maison est condamnée.
Chaque année, avant les fêtes de Dasai et Tihar, les villageois remettent le monde en ordre, après les ravages occasionnés par les pluies de mousson. Ils refont le crépi des façades et peignent à l’ocre et au blanc de la craie, réparent ici et là.
Mais cette fois, on ne s’est pas donné cette peine, les dégâts sont trop importants.

previous arrow
next arrow
Slider

Depuis, la nature a continué son oeuvre. Sans compter la part humaine : il a fallu des matériaux pour reconstruire ailleurs, des pierres, des ardoises, du bois.
Alors, on s’est servi.
Il reste une ruine, avec quelques plants d’ignames et du mil qui pousse à l’intérieur.
Autour de la ruine, la nouvelle maison, construite en toute hâte, selon des plans pré-établis, solide en cas de tremblement de terre et sans danger : du béton, de la ferraille et un toit léger de tôle !
A côté, la cuisine, autre bâtiment construit un peu plus tard, parce que la nouvelle maison convient mal à la préparation du repas. Alors, la cuisine, où l’on ne dort pas, parce que le risque est faible, on l’a construite selon la méthode traditionnelle, en pierre et terre, avec les matériaux récupérés de l’ancienne maison.
Il reste du passé, encore en place, le matān (la dépendance).

Couverte en tôle, la nouvelle habitation (à gauche sur la photo) de facto rendue à l’état de dortoir à deux chambres, puisqu’une cuisine (au centre) , à gauche, derrière la ruine, a été construite.

Chrétienté, nouvelle religion, petite communauté.

La journée est ponctuée par les repas, l’un le matin vers 10heures, l’autre le soir vers 19h.
Il y a bien le temps de se rendre  à Sotreni : à peine une demi-heure de marche, et de plus il n’y a ni à monter, ni à descendre.

Sotreni est un hameau. Mes hôtes, qui sont du hameau de Ramite, et de la lignée des Jijicha, entretiennent des liens étroits avec les familles de Sotreni, qui sont principalement de la lignée Jyeti.
Les inter-mariages entre gens des deux hameaux sont des plus nombreux.

Hari est chrétien. Il me guide auprès de ses parents par alliance de Sotreni qui sont chrétiens, comme lui.
Ils sont une poignée, quelques individus, parmi une large majorité hindoue.
A Sotreni, ils ont bâti une église.
Rien ne distingue le bâtiment de l’extérieur.
Il faut entrer.

 

 

Après-midi d'août à Sotreni

previous arrow
next arrow
Slider

Dans la journée, les villageois sont dans les champs.
Août est le temps du désherbage du millet. Travail de longue haleine, travail de tous les présents : ceux qui restent au village, ou qui ont cessé de partir, ou qui, pour le temps de vacances trop courtes, sont revenus pour l’occasion des travaux agricoles.
Dans la journée, vers 15 ou 16 heures, vient le moment d’une collation, à la maison, on échange, autour d’une bière, d’un thé.
L’occasion d’évoquer les uns les autres, ceux qui sont à l’étranger, de relater cet ailleurs que l’on connaît par le récit rapporté des migrants, à leur retour.
Au village, les jeunes enfants, les parents âgés, plutôt.
De ce point de vue, les activités d’août, que j’observais il y a près de 40 ans, n’ont pas changé.

previous arrow
next arrow
Slider

Reconstruction

Le hameau est en chantier. De nouvelles constructions remplacent les anciennes, détruites par le tremblement de terre.
Des menuisiers sont à l’oeuvre. Une partie de l’outillage est électrique et il peut l’être : l’électricité est disponible au village à présent.

 

Les planches sont coupées à la scie.
Autrefois, elles étaient réalisées uniquement à l’herminette, à partir d’un morceau d’autant plus épais que le panneau était large.
La technique du sciage permet de réaliser plusieurs panneaux à partir d’une bille de bois. Elle est beaucoup plus économe en matériau.

Avec les techniques modernes du travail du bois, qui permettent la réalisation de grandes ouvertures, les maisons n’ont plus l’allure des anciennes,
comme celle-ci.

Descendre

Jour 3.
Ou 3ème jour depuis départ pour le village. Je suis venu de Kathmandu avec Hari. Hari est le jeune homme que l’on voit sur la photo, au centre.
J’ai avec moi des photographies prises, certaines en 1979, d’ autres un peu plus tard.
J’ai celles de mes hôtes de l’époque. Et de nombre de personnes, clichés réalisés au cours de mes pérégrinations.
Les restituer, c’est entreprendre le retour sur ce chemin, celui emprunté dans le passé.

J’ai donc à faire en direction du côté bas.
C’est logique : la maison de mon hôte est à 2000m, la limite haute de l’habitat. Au-delà, ce ne sont que pâturages, cultures et bosquets. Des hommes vivent plus haut, mais c’est loin, pour ne pas dire ailleurs : d’autres hameaux, d’autres gens.

Patle, une agglomération.

Première étape : Patle, hameau comme un autre, mais bien placé, selon les considérations de l’économie de marché…
Je fais chou blanc.
Du passé, il ne reste rien, ou presque rien. Ni famille, ni maison. L’ancien temps est balayé.
Une amorce de bourg « moderne » a remplacé la campagne.
J’ai peine à m’y retrouver.
Mais Kabita, à droite sur la photo, a gardé le souvenir, et avec lui, la relation auprès de l’une des enfants du lieu.
Je lui confie quelques photos. Elle les lui fera parvenir.

Nous descendons.
Il y a deux voies. La première, l’ancienne, plonge directement. Elle court sur le tournant de la montagne, à l’écart de l’eau qui ruisselle un peu partout.
L’autre, toute récente, est l’oeuvre de la pelle mécanique. Elle est large,  serpente en faible pente : voie longue, moins inconfortable à parcourir à pied que l’autre. Elle permet la desserte par le tracteur et son attelage.
Nous l’empruntons.
Thorun, l’homme au parapluie, est avec nous. Il a lui aussi à faire en bas versant.

Courte halte. Premières habitations, présence des champs de mil. Nous avons rejoint tallo gaon, le village d’en bas.
En cette saison des pluies, pour rencontrer les uns et les autres, il faut chercher, interroger, attendre le retour à la question. qui passe d’oreille à oreille, d’une bouche à l’autre
Nombre d’hommes et de plus en plus de femmes sont absents. Ils travaillent à l’étranger : au Moyen Orient, en Inde, à Singapour.
Il reste au village les enfants. Avec leurs grands parents à qui ils sont confiés.
L’école, et la nouvelle année scolaire reprend à la mi-août.

L e bas versant

Nous reprenons le chemin.
Je crois bien qu’Hari qui m’observe prendre la photo m’attend.
Ci-dessous, à gauche, une maison qui semble ne pas avoir souffert du tremblement de terre. La parabole semble indiquer que l’on l’occupe en toute quiétude.  Je ne vois point, à sa proximité, un abri de fortune, un abri, un habitat de secours au désastre ou sa menace.
Plus loin, sur le parcours, un hôtel restaurant commerce est en construction.
A coup sûr, un peu plus tard en saison, et plus tard encore, dans les saisons sèches des années à venir, la circulation des hommes sera conséquente et l’occasion de toucher le fruit de la somme investie.
A ce propriétaire, je remets quelques clichés en noir et blanc : j’ai bien connu le père. Il était, préfigurant le fils, un peu dans les affaires de commerce, plaçait les espèces. Il mettait dans la pierre !

Nous avons bien descendu.
A quoi le voit-on ?
Par exemple, à la proximité du versant d’en face.
En face, c’est Phulping, Jhisepu, Katare. Autrefois, ces hameaux, comme tous ceux du versant, relevaient de la même circonscription villageoise. Leurs habitants sont de la même ethnie, les Sunuwar, du même lignage, les Jijicha, les descendants d’un même ancêtre commun dont on dit qu’il fit souche à Rasnalu, à la suite d’une course au gros gibier.
C’était il y a de nombreux siècles.
Les Sunuwar, dit la tradition, étaient des chasseurs.

En face, une conduite forcée, supendue au-dessus les champs de riz, amène l’eau prelevée dans un fort torrent jusqu’à la turbine juste avant qu’elle ne rejoigne la rivière Khimti.
En face, c’est-dire, maintenant, depuis une circonscription différente, autre regroupement, autre district.
L’électricité au village vient de là.

 
 

Thorun connaît cet homme.
L’homme a une histoire. Il a vécu longtemps en Inde, en Assam. Avec le temps, il a ressenti le besoin de rentrer, se rapprocher de sa famille.
Il a appris bien des techniques agricoles nouvelles.
Chez lui, il compte innover, se lancer dans les projets. Déjà, un champ de plantes aromatiques, qui se vendent bien sur le marché.

 

Et cette année, il a fait creuser une pièce d’eau. Il va se lancer dans la pisciculture !
Il est chrétien. Tous deux, Hari et lui, se découvrent.
Ils s’adonnent un court instant à la prière.

Cet homme n’est pas sunuwar, comme Thorun. il est Chetri, comme tous les habitants de Tallo gaon, le bas versant.
Les Chetri sont venus s’installer en terre sunuwar il y a une dizaine de générations.
A Tallo gaon, la lignée principale a fait souche à la fin du XVIIIème siècle.
Cet homme est issu d’une famille de Chetri à qui les parents et grands parents de Thorun ont vendu des terres.
Les Sunuwar, héritiers du territoire de chasse de leurs ancêtres, ont la terre qui manque aux Chetri.
Des liens de confiance et d’amitié au-delà des clivages ethniques naissent de ces transactions entre familles.

La religion nouvelle, en s’installant, aussi rapproche.

Il se fait tard.
Il me faudra revenir.
Nous rentrons, cette fois en ligne quasiment droite, c’est à dire du bas en haut en pente raide sur 300 mètres de dénivelés, sans s’arrêter presque.

Hameaux isolés en direction du haut

Hari, avec qui j’avais voyagé depuis Kathmandu, s’en est retourné.
il est parti tôt le matin.
Il a choisi de prendre par Jiri, le chemin de l’aller. Une alternative était possible : emprunter la route par le sud. D’abord descendre à Manthali, en aval le long de la Tamba Kosi d’où l’on part pour rejoindre la capitale, par la route dite japonaise. On dit cela parce qu’elle a été financée par le Japon, du moins sur fonds japonais.
La difficulté de l’alternative, c’est l’état de la voie jusqu’à Manthali. Un glissement de terrain est très possible entre Betali et Namadi. Concrètement, cela signifie descendre de véhicule, marcher pour contourner l’obstacle avec bagages, emprunter un autre véhicule qui attend de l’autre côté. Frais supplémentaires, délais incertains.
Hari a opté pour le chemin de l’aller, donc ? Mauvaise pioche : il m’apprendra les faits un peu plus tard, qui lui valurent de parvenir à destination fort tard dans la nuit, et le voyage plein de « galères », n’aura que trop duré.

Halte chez Bimala

J’ai bien d’autres photos à remettre.
Si l’on monte, on rejoint le monde des Bhote.
Les bhote : tibétains.
Manière de parler. Il ne s’agit pas de tibétains, nous ne sommes pas au Tibet.
Le Tibet est au nord, à près d’une centaine de kilomètres, au-delà de l’Himal.
Les anciens s’y rendaient, en fin de période de mousson, après les grosses pluies mais avant le froid qui s’installe.
Il y avait nécessité pour se procurer le sel. C’était avant que ne se mettent en place d’autres circuits commerciaux, avec l’Inde.
Le parcours était dangereux.
Ces Bhote d’ici sont nés de ce côté de l’Himalaya. Mais ils peuplent les terres hautes, à plus de 2000m. Ils sont bouddhistes. Leur mode de vie rappelle celui des tibétains.

previous arrow
next arrow
Slider

La dame sur la photo, c’est Bimala, Elle n’est pas de Rasnalu ni par mariage, ni de naissance.  Veuve, venue d’un village à l’ouest, n’ayant rien à perdre à le quitter, elle est venue s’installer avec son fils,  près de sa soeur ainée, qui vit à Rasnalu depuis qu’elle est mariée.  Le fils est de retour pour le temps des vacances.

Pause photo familiale : Bimala, son fils, la belle fille, le petit fils. Dans quelques jours, le fils s’en repartira pour deux années, peut-être plus, dans un de ces pays d’Arabie où la main d’oeuvre népalaise est si nombreuse. Il laissera son garçon et son épouse aux bons soins de la mère.
A mon prochain séjour, l’année prochaine, je leur apporterai ces photographies.

Birkha

Nous reprenons la route. Je dis nous, c’est-à-dire moi en compagnie de Top Bahadur  : Top Bahadur Sunuwar.
A chacun de mes séjours, c’est à dire pas franchement tous les ans, plutôt tous les 15,  il m’héberge, m’accompagne, m’explique.
Il sait tout des choses du village ! 
Il est le père d’Hari.
Sur la photo plus haut, il porte canne et parapluie, une large ceinture jaune, l’habit traditionnel, la paire de bottes : moins traditionnelle celles-ci mais bien pratiques, par ce temps de pluie et de sangsues.
Nous passons devant la maison familiale, belle en apparence, inhabitable car fissurée. La refaire entièrement prendra temps et moyens financiers : d’autres migrations de travail en perspective. En attendant, Bimala, belle soeur et petit-fils vivent dans leurs abris de fortune.

Milieu de journée. Au dessus des 2000, le brouillard règne pendant les mois de mousson.
C’est là que vivent les enfants de Birkha.

Nous sommes chez l’un des fils, précisément le quatrième, Kāelā.
Avant lui, il y a Jeṭhā (l’aîné), Māelā (le second), Kāelā (le troisième).
Après lui, il y a Thulo Kanchā (le grand dernier), puis Sāno Kanchā (le petit dernier). Les népalais se désignent souvent par rang de l’âge, plutôt que par le prénom, mais il arrive aux familles d’épuiser la liste des mots d’un lexique en langue népalie pourtant tout à fait conséquent. 

previous arrow
next arrow
Slider

L’ordre est distinct selon le sexe.
Pour celui des filles, on dit Jeṭhi, Māeli, Sāeli, Kanchi. De la même façon, la petite est grande, petite, très petite, avec l’espoir des familles que naisse le garçon, le premier.
Avoir un garçon est important. C’est lui qui succédera au père, en prendra le relais, poursuivra l’exploitation des terres, du troupeau, des activités menées au village. Il accomplira les rites après le décès du père, il transmettra la mémoire.  Ce que ne font pas les filles puisque, une fois mariées, elles s’installeront dans le village du mari, pour que survivent d’autres familles.
Parfois, l’espoir n’est pas réalisé.
Alors, le gendre prendra la suite et c’est une autre lignée qui prendra souche.
Birkha n’est plus.
Son fils Kāela, le quatrième, a succédé.

Retour dans le courant de l’après-midi. Descente sur 200 mètres.
Nous passons sous le plafond nuageux, laissant nos hôtes dans l’épais brouillard persistant des terres hautes.
La culture du mil (terrasses au-dessus) signale la proximité des habitations.
A cette altitude, il n’est pas très avancé.

Top Bahadur m’attend…

Suite par ici

Un tour à Bodnath

École à Namadi